La déconstruction de l’Histoire dans la fiction portugaise contemporaine

Maria Graciete BESSE

Au Portugal, la fracture provoquée par la révolution des Œillets de 1974 produit un questionnement profond des « métarécits à fonction légitimante » (Lyotard), nourri par une incertitude épistémologique qui permet de rendre compte de la transformation des paradigmes historiques et esthétiques en cours dans la société portugaise. En effet, le nouveau temps politique et social correspond à un nouveau temps fictionnel où l’Histoire apparaît comme un thème de prédilection chez un grand nombre de romanciers. La mémoire de la guerre coloniale, la démythification du passé glorieux, la réélaboration de l’Histoire par le biais de la parodie ou de la métafiction constituent quelques vecteurs essentiels d’une déconstruction qui vise à repenser le « logocentrisme » (Derrida) et à remettre en cause tant les procédés narratifs traditionnels que les connaissances historiques. Dans notre communication, nous verrons comment l’œuvre de quelques écrivains s’attache à développer une confrontation avec le sens du présent sous couvert de reconfiguration du passé.