Jacques Terrasa (éd.), Corps & Catastrophe

Accueil / / / Jacques Terrasa (éd.), Corps & Catastrophe
Axe(s) :

Jacques Terrasa (éd.), Corps & Catastrophe, Paris, Éditions Hispaniques, Collection « Arts Visuels », 2017, 156 p.

 

La catastrophe est étymologiquement associée à un renversement, un bouleversement : un malheur effroyable et brusque qui prend souvent une tournure collective ; un drame, un fléau, une calamité, bien éloignés de l’expérience silencieuse, non spectaculaire que l’on a lorsque l’on découvre un matin que le temps a insensiblement transformé un visage, un corps où, soudain, apparaît la mort à l’œuvre. Cette catastrophe intime a le pouvoir de me retourner, de me montrer l’envers des apparences : memento mori. Elle prend souvent l’allure d’une maladie grave, d’un accident corporel qui, la soudaineté en plus, ne dit rien d’autre que notre finitude. Ce ne sont parfois que les indices d’un mal (physique, mental) qui ronge de l’intérieur ; ce sont aussi les manifestations spectaculaires (accidents, blessures) d’une déperdition du vivant aux effets monstrueux.

Sommaire

« Cent ans de photographies de cadavres dans la presse : de la Révolution mexicaine à la guerre du narco », par Marion Gautreau

«  Captations photographiques du corps souffrant. Frida Kahlo sous le regard des photographes », par Corinne Cristini

«  Visages et corps dans les photographies de Gabriel Ramon ou les catastrophes du Temps », par Jacques Terrasa

« Face à la catastrophe : les corps déchirés de Manolo Millares », par Martine Heredia

« L’amor fati et le desmourir : fossile, empreinte et survivance dans l’œuvre de Miquel Barceló », par Frédéric Prot

«  Instants traumatiques et corps mutiques : La herida de Fernando Franco et La vida secreta de las palabras de Isabel Coixet », par Isabelle Prat

« Aita et Aita, Carta al hijo de José María de Orbe : catastrophe silencieuse et poétique du délabrement », par Pascale Thibaudeau

Sur le même thème