La Femme-précipice

Accueil / / La Femme-précipice

De Princesse Inca
Traduit de l’espagnol par Laurence Breysse-Chanet
~
Collection La Sentinelle,
ISBN 978-2-917817-21-6


« Une force, qui rappelle l’énergie de la parole de Federico García Lorca. »
Laurence Breysse-Chanet, lauréate du prix de traduction Nelly Sachs.

Princesse Inca évoque la maladie, et en particulier mentale, qui continue d’être, selon elle, un tabou. Dans une interview du quotidien espagnol El País, elle dénonce une société normalisée où le sujet est à peine abordé.

Diagnostiquée bipolaire, elle accuse la société de lui répondre principalement « à coups de médicaments ». En ce qui la concerne, son traitement n’a pas varié depuis dix ans. Si la voix de Princesse Inca s’élève à partir d’une expérience personnelle, celle-ci est transcendée pour devenir un profond questionnement sur la folie comme sur les réponses de la société. Refus d’un monde homogénéisé où tous les individus devraient être tous identiques, et former une masse plus facilement maniable? Qui est fou dans notre société? Que penser des instances de pouvoirs comme l’Eglise, l’Armée…

La Femme-Précipice raconte, au-delà de la maladie, la souffrance et le combat des marginaux, des êtres en position de fragilité et des femmes en particulier. Car c’est aussi un recueil de l’intimité.

« C’est un livre que j’ai voulu dédier à des femmes qui menaient une bataille avec elle-mêmes, plus qu’avec le monde, des femmes sur la limite, comme moi. Des femmes comme Sylvia Plath et Alejandra Pizarnik » – Princesse Inca.

Texte © Éditions La Contre Allée 2013

________________________

De Princesse Inca
Traduit de l’espagnol par Laurence Breysse-Chanet
________________________

Collection La Sentinelle,

ISBN 978-2-917817-21-6

Date de publication : 02/03/2013

Sur le même thème