Tàpies & Paris

Accueil / / Tàpies & Paris

Jacques Terrasa (éd.), Tàpies & Paris


Axe(s) : AV

Jacques Terrasa (éd.), Tàpies & Paris, Paris, Éditions Hispaniques, Collection « Arts Visuels », 2014, 192 p.

Quelles relations le peintre catalan Antoni Tàpies (1923-2012) a-t-il eu avec Paris tout au long de sa carrière ? Et plus précisément à partir l’automne 1950, lorsqu’il y séjourne pour la première fois ? À l’époque, il y croise Picasso, Braque, Miró ; il y découvre d’autres poètes et philosophes que ceux que Joan Brossa lui avait fait lire à l’époque du groupe Dau al set. Brossa, depuis Barcelone, suit avec intérêt l’aventure parisienne du jeune Tàpies, qui ne retourne en Catalogne qu’au deuxième semestre 1951. Le contact est établi ; et dès 1956, suite à sa rencontre avec Michel Tapié, il y expose pour la première fois. Comment ses œuvres seront-elles reçues en France ? Quels échos y trouveront ses écrits, traduits dès le début des années 1970 ? Mais aussi, dans quelle mesure notre pays, à travers ses artistes et penseurs, influencera-t-il son œuvre et sa pensée ?

Sommaire

« Tàpies par Tapié: deux presque-homonymes dans la bataille pour un art autre », par Juan Manuel Bonet (Instituto Cervantes de París)

« Un rêve minéral. À propos de l’exposition Tàpies à la galerie Stadler en 1956 », par Saramaya Pelletey (Aix-Marseille Université)

« Tàpies: des penseurs français à une pensée plastique », par Martine Heredia (crimic)

« Tàpies & Brassaï », par Jacques Terrasa (Université Paris-Sorbonne)

« Tàpies & Heidsieck : le Poème-partition T (1960) », par Marc Audí (Université Bordeaux Montaigne)

«  “Aquelles traduccions que fèiem…” Tàpies écrivain ; linéaments et souvenirs », par Edmond Raillard (Université Grenoble 3)

« Le peintre et les deux poètes (Brossa, Gimferrer) : matière picturale et matière poétique », par Mònica Güell (Université Paris-Sorbonne)

« Manipulateurs d’ombres : Antoni Tàpies et quelques poètes espagnols contemporains », par Virginia Trueba (Universitat de Barcelona)

« Tàpies à Paris. Œuvres de 1950-1951 », par Núria Homs (Fundació Antoni Tàpies, Barcelone)

Sur le même thème