La vie des histoires. Le témoin filmé

Accueil / Évènement / La vie des histoires. Le témoin filmé

Axe(s) :

12 décembre 2017 au 13 décembre 2017 | Toute la journée

Séminaire organisé par Jordi Guixé et Marina Vinyes (doctorante du Crimic, en Cotutelle avec l’université de Barcelone)

Organisé par EUROM (European Observatory on Memories) – Fundació Solidaritat, avec le soutien de la Mairie de Barcelone et la Commission Européenne et la collaboration du CRIMIC, Filmoteca de Catalunya, Yad Vashem Visual Center, Fundació Antoni Tàpies, Universitat de Barcelona, et Institut dels passats presents.

PDF du programme à télécharger ici: La vie des histoires

=> Les informations (en catalan, en espagnol et en anglais) se trouvent également sur le site internet de l’EUROM : http://europeanmemories.net/activities/life-stories-filmed-testimony/

=> Ainsi que le formulaire d’inscription (gratuite) :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfJUiPGrgMsVlLPlrizIPM_gv08blEhRYYkpJmG5y188tY4Xw/viewform

 

À la fin des années 90, Annette Wieviorka identifiait l’avènement du témoin avec le procès d’Adolf Eichmann à Jérusalem en 1961 en concluant ce qu’elle nombra l’ère du témoin[1]. Au début des années 2000, Beatriz Sarlo adopta l’expression tournant subjectif pour parler de la visibilité que l’emploi de la première personne a acquis en tant que lieu de manifestation publique : « S’il y a trois ou quatre décennies le je était soupçonné –écrivat–, on lui reconnaît aujourd’hui des privilèges qu’il serait intéressant d’examiner »[2]. La confiance en la proximité du corps et de la voix favorise le témoin, et la caméra en résulte l’outil le plus privilégié pour transmettre une telle contigüité. Cela pourrait expliquer le rôle principal qu’ont adopté les medias audiovisuels, mais aussi le cinéma et autres arts visuels dans ce changement de paradigme, que ce soit pour le nourrir ou pour le remettre en question, le problématiser.

« La vie des histoires. Le témoin filmé » s’inscrit dans le débat esthétique, philosophique et politique actuel autour de la figure du témoin en proposant une approche par les pratiques et les arts audiovisuels. Il se présente comme un espace de rencontre et d’échanges entre chercheuses et chercheurs de différents domaines – philosophie, art, cinéma, histoire, littérature – artistes visuels, cinéastes et acteurs du monde culturel. Il prévoit également la visite commentée de l’exposition « Susan Meiselas. Médiations » à la Fondation Antoni Tàpies et deux séances de nuit à la Filmoteca de Catalunya, avec la projection de trois films en présence des cinéastes Manuela Morgaine et Yael Perlov. Au long des deux journées, seront abordées une série de questions fondamentales pour penser la production et la circulation des témoignages audiovisuels – la vie des histoires – et la captation par la caméra du récit testimonial – le témoin filmé.

 

[1] Wieviorka, A. L’ère du témoin. París: Hachette, 1998.

[2] [2] SARLO, Beatriz. Tiempo pasado. Cultura de la memoria y giro subjetivo. Una discusión. Avellaneda: Siglo XXI, 2005, pàg. 22.

 

 

 

La vie des histoires. Le témoin filmé

Chargement de la carte…