24 février 2022
  Toute la journée
  Salle des Actes, Faculté des Lettres, Sorbonne Université
Axe.s : EC
▸ Journée d’étude

Argumentaire

Comment construire une conscience de sujet plurilingue dans le cadre d’une démarche réflexive ?

S’il n’est pas rare de rencontrer des locuteurs qui vivent dans la familiarité de deux ou plusieurs langues romanes, il n’est pas moins fréquent de constater qu’ils n’ont pas développé pour autant une conscience claire de leur bilinguisme ou plurilinguisme, simplement parce qu’ils ont le sentiment de demeurer dans un rapport de déficit ou d’illégitimité par rapport à certaines des langues en question.

C’est que la notion de bilinguisme ou de plurilinguisme ne va pas de soi, renvoyant souvent les locuteurs à leurs insuffisances plus qu’à leurs compétences, à ce qui leur paraît être une maîtrise imparfaite, voire indigne, des langues qu’ils comprennent et/ou qu’ils parlent. Inversement, certains locuteurs peuvent tendre à surévaluer leurs compétences et à se présenter comme bilingues ou plurilingues sans pour autant disposer de compétences linguistiques plus avérées que les précédents.

Considérant que le bilinguisme ne présuppose aucunement la maîtrise parfaite de deux langues, pas plus que le plurilinguisme n’implique la maîtrise parfaite de plusieurs langues, nous nous proposons de réfléchir aux diverses significations que peut revêtir la notion de « conscience plurilingue », non pas pour la définir de manière abstraite mais plutôt dans l’objectif de réfléchir aux démarches et processus qui peuvent la faire advenir chez un locuteur donné, de sorte que ce dernier soit en mesure de « subjectiver » son rapport aux langues jusqu’à en devenir sujet.

Dans les contextes didactiques, l’(auto)biographie langagière est perçue comme l’outil privilégié permettant de conduire un tel travail (Molinié 2006a, 2006b), car« l’écriture autobiographique (…) sert à construire un rapport au savoir fondé sur la compréhension de ses propres démarches intellectuelles » (Molinié 2006b : 9).

En ce sens, il peut être intéressant, comme le suggère Daniel Delas, d’opérer une forme de distinction heuristique entre « l’auteur » dans les autobiographies langagières et le « sujet de l’énonciation » (Delas, 2006), de sorte que s’amorce un processus de réflexion non seulement sur les langues « pratiquées » et le passé langagier mais aussi sur les articulations entre les langues parlées ou comprises, sur le rapport entre les langues  dites de prestige et les langues jugées moins prestigieuses, entre les langues montrées et les langues cachées, sur les malentendus linguistiques ou contextes affectifs qui modifient la relation à telle ou telle autre langue, sur les migrations, sur le cheminement dans les apprentissages pour les langues apprises, sur le pourquoi des choix de langues opérés, sur le lien entre récit de vie et  «rencontres» fortuites ou voulues avec les langues, etc.

Ainsi, au-delà de la démarche réflexive qui la sous-tend, l’(auto)biographie langagière suppose également un processus de créativité qui renvoie à la dimension narrative qui lui est inhérente et qui permet à son « auteur » de retracer son itinéraire linguistique, de lui donner du sens ou un sens, d’éclairer ses processus d’acquisition ou ses blocages, de tisser des liens entre les langues de son « environnement », au lieu de les envisager séparément… Il s’agit en quelque sorte pour lui de regarder « en face » toutes ses langues, de les accepter ou refuser comme siennes, de faire le point sur son savoir linguistique, mais aussi de réinventer sa relation à ses langues à partir de son/ses imaginaire(s).

À la croisée du vécu, du « su » et de l’imaginé, la réflexion sur l’(auto)biographie langagière, dans la perspective de l’affleurement de la conscience plurilingue, permet de s’intéresser à tout ce qui est constitutif, pour les sujets, de leur(s) savoir(s) sur les langues qu’ils parlent et maîtrisent à des degrés divers, mais aussi de leur « sentiment de la langue » (Siouffi, 2007) : compétences de locution, de lecture, d’écriture, de compréhension, latentes ou non, qui ne demandant qu’à être développées par la prise de conscience de ce(s) savoir(s) : dans quelle(s) langue(s) romane(s) est-on capable de lire, sans être en mesure de parler, et inversement ? Quelle(s) langue(s) romane(s) comprend-on ? Quelle(s) langue(s )romane(s) parle-t-on uniquement dans certains contextes ? Quelles relations affectives aux langues fréquentées ? Quels rapports aux langues qui ne sont pas romanes ?

Il s’agira aussi d’amorcer une réflexion sur les modalités de décloisonnements entre les langues romanes, notamment dans le contexte de l’enseignement et de la recherche. Comment favoriser l’intercompréhension au sein des langues romanes ? Comment et pourquoi mettre en place une pédagogie de la convergence ?

L’ambition de cette journée d’étude, on l’aura compris, est de forger un espace de réflexion qui entend relier (auto)biographies langagières, conscience plurilingue et intercompréhension au sein des langues romanes, en envisageant ces notions ensemble ou séparément. Elle offrira une première approche du sujet en réunissant des romanistes, et en particulier, des spécialistes des langues et littératures française, espagnole, catalane, portugaise, occitane, italienne, créole.

L’idée est qu’émergent des pistes fécondes pouvant soutenir des projets de recherche d’envergure.

Axes d’étude 

 Les axes privilégiés couvriront les champs de la linguistique, de la littérature, de la didactique des langues et des cultures, sans oublier celui de l’édition :

-(Auto)biographies langagières et prise de conscience du plurilinguisme : questions de l’auteur et du sujet, mise en narration de l’itinéraire linguistique par soi ou par un tiers, notion d’ « intimité » et de « conflits » dans le rapport d’un même locuteur à ses langues, biographies langagières familiales ou collectives ;

-Fonction heuristique des (auto)biographies langagières dans la sociolinguistique du contact des langues : récit de vie en anthropologie et (auto)biographie langagière : quels points de rencontre ?; la biographie langagière comme outil novateur pour valoriser la recherche sur le plurilinguisme ; les questions liées à l’identité épistémique, etc.

-Écrivains à la croisée des langues et conscience littéraire plurilingue : écritures bilingues ou plurilingues, traductions et hétérolinguisme, etc.

-Construction d’un espace didactique d’une romanité « partagée » : pédagogie de la convergence des langues romanes ; intercompréhension au sein des langues romanes ; éditions bilingues ou plurilingues de textes ; lexiques multilingues, etc.

Organisation et coordination : Mònica Güell (Sorbonne Université, CRIMIC) et Corinne Mencé-Caster (Sorbonne Université, CLEA)

Programme

Chargement de la carte…
© 2015-2022 CRIMIC | Mentions légales | Propulsé par Suite
imgimg

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?