De Goya au « goyesque ». Fondements et fortune de la construction d’une visibilité au musée du Prado (1819-1996)

Accueil / Évènement / De Goya au « goyesque ». Fondements et fortune de la construction d’une visibilité au musée du Prado (1819-1996)

Axe(s) : AV

4 décembre 2021 | 14h00 à 18h00

: Salle D664, Faculté des Lettres, Sorbonne Université | voir le plan



Titre de la thèse : De Goya au « goyesque ». Fondements et fortune de la construction d’une visibilité au musée du Prado (1819-1996)

Doctorante : Eva SEBBAGH

Directrice de thèse : Mme Nancy BERTHIER (Professeur des Universités, Faculté des Lettres de Sorbonne Université)

 

Composition du jury :

  • Mme Eugenia AFINOGUENOVA – Professeur des Universités, Marquette University
  • Pierre GEAL – Maître de Conférences Hors Classe, Université Grenoble Alpes
  • François MAIRESSE – Professeur des Universités, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • Jacques SOUBEYROUX – Professeur émérite, Université Jean Monnet Saint-Etienne
  • Mme Cécile VINCENT-CASSY – Professeur des Universités, CY Cergy Paris Université

 

Elle aura lieu  en salle D664 (Sorbonne Université, 1 rue Victor Cousin – 75005 Paris).
 

 

Résumé :

Le point commun entre un bistrot parisien, un timbre du Burundi et un couloir de métro coréen ? La question pourrait être l’amorce d’une mauvaise histoire drôle, et pourtant… Elle n’appelle qu’un mot : Goya. En révélant la diversité des contextes de surgissement de ce nom propre du xixe siècle à nos jours, elle interroge sur la capacité de l’artiste et de son œuvre à servir de points de repère au-delà du champ de l’Histoire de l’art. Comment en sont-ils venus à occuper une telle place dans l’imaginaire collectif et à former un ensemble aussi intangible que le « goyesque » ? La réflexion engagée, d’ordre représentationnel, s’avère indissociable d’un cadre spatial bien précis. Elle conduit à reconnaître le rôle crucial joué par le musée du Prado dans la construction de la visibilité publique d’un nom qui, peu à peu, s’est défait de sa condition marginale pour gagner la position de signifiant incontournable du dispositif d’exposition mis en place par l’institution, finissant même par en devenir le principal ambassadeur. Loin de l’évidence avec laquelle elle s’impose aujourd’hui, l’extraordinaire fortune attachée au mot « Goya » relève ainsi d’un lent processus de patrimonialisation espagnol étroitement lié à une histoire institutionnelle qui confirme que, contre toute attente, le point commun entre un bistrot parisien, un timbre du Burundi et un couloir de métro coréen est le produit d’une élaboration sur le temps long.

=> Le public doit s’inscrire en envoyant un mail à l’adresse suivante : eva@sebbagh.net

De Goya au « goyesque ». Fondements et fortune de la construction d’une visibilité au musée du Prado (1819-1996)

Chargement de la carte…
ALEA - Amérique latine et espaces atlantiques