3 juin 2024
  16h30 à 18h00
  Maison de la recherche, Sorbonne Université
Axe.s : Tous
▸ Conférence
Conférence de Jacques Rancière, donnée dans le cadre de l’assemblée générale annuelle du CRIMIC, en lien avec la thématique transversale “Pratiques du commun”. Il sera présenté par notre collègue Maria-Benedita Basto.

Résumé : Le commun n’est pas ce qui s’oppose à l’individuel ou au privé. Il est ce qui distribue les sphères mêmes du public et du privé, du commun et de l’individuel, de l’universel et du particulier. Et il est ce qui assigne les individus, les groupes sociaux ou les sexes à occuper telle ou telle de ces places , avec la capacité – ou l’incapacité- d’expérience qui lui correspond. Accéder au commun dont ils étaient séparés a voulu dire pour les militants de l’émancipation sociale se séparer du propre auquel ils étaient assignés. Le non-commun a été ce rapport complexe entre appropriation et désappropriation. Chassé de la politique par les stratèges , il a trouvé refuge dans la littérature au prix de changer de figure.

Biographie :  Jacques Rancière est professeur honoraire à l’Université de Paris 8 où il a enseigné de 1968 à 2000 dans le département de Philosophie. Il a également enseigné à l’European Graduate School et dans diverses universités américaines. Son travail se situe au croisement de la politique, de l’esthétique et des études littéraires et cinématographiques. Il est notamment l’auteur de La Nuit des prolétaires (1981), Le Maître ignorant (1987),  La Mésentente (1995),  Le Partage du sensible (2000), La Fable cinématographique (2001), Le Destin des images (2003), Le Spectateur émancipé (2007), Politique de la littérature (2007), Aisthesis. Scène du régime esthétique de l’art (2011) et Les Bords de la fiction (2017).

Emplacement : Maison de la recherche (amphithéâtre Molinié)

Crédit de la photographie : Ivan Put 

Chargement de la carte…
© 2015-2024 CRIMIC | Mentions légales | Propulsé par Suite
imgimg

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?