13 décembre 2019
  16h00 à 18h00
  Salle 13, Institut d’Études Ibériques et Latino-américaines, Sorbonne Université
Axe.s : PIAL
▸ Conférence, Séminaire

« Je mourrai à Paris, un jour d’averse, / un jour dont j’ai déjà le souvenir. / Je mourrai dans Paris — et je l’accepte — / et peut-être un jeudi d’automne comme aujourd’hui. »

En 1979, Claude Esteban est le troisième, après Georgette Vallejo et Claire Céa, à relever le défi de traduire César Vallejo en français. Mais c’est dès 1965 qu’il publie ses premières réflexions sur Vallejo, rassemblées dans « Poétique du corps souffrant » (Mercure de France). La parole du poète péruvien l’accompagne dès ses trente ans et habitera toujours sa poésie en 1997, année où il compose, dans ses Variations (Etranger devant la porte), des poèmes « À la mémoire de César Vallejo ». Des voix Parallèles, écrivait-il dans son anthologie — ou perpendiculaires, nous dirait Arthur Silent. Ouvrir et explorer les cartons d’archives de Claude Esteban, c’est toucher du doigt cette altérité mystérieuse.

Télécharger le mini-CV

Chargement de la carte…
© 2015-2022 CRIMIC | Mentions légales | Propulsé par Suite
imgimg

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?