William Navarrete: « Penser l’île n’est possible qu’en s’en éloignant »

Accueil / Évènement / William Navarrete: « Penser l’île n’est possible qu’en s’en éloignant »

Axe(s) : PIAL

25 février 2020 | 17h30 à 19h00

LA TERTULIA

L’Institut d’Etudes hispaniques et la Bibliothèque Marcel Bataillon de Sorbonne Université vous invitent à rencontrer des auteurs en lien avec les mondes ibériques et latino-américains

William Navarrete: 

« Penser l’île n’est possible qu’en s’en éloignant »

Entretien avec Nancy Berthier et Laurence Breysse-Chanet

Né à Cuba en 1968, William Navarrete a fait des études d’Histoire de l’Art à l’Université de La Havane, puis à son arrivée en France en 1992, où il réside depuis, il a fait des études de Langue, Littérature et Civilisation Hispano-américaine. Ancien étudiant de la Sorbonne et de Paris 8, c’est aujourd’hui l’un des écrivains d’origine cubaine les plus talentueux de sa génération. Il a écrit plus d’une vingtaine d’ouvrages, romans, recueils de poésie et essais.

L’un des grands thèmes de son œuvre romanesque est cette île qu’il a quittée il y a plus de vingt ans, qu’il porte en lui et dont il a dit qu’il ne pouvait la penser qu’en s’en éloignant. Ce qu’il fait à travers une écriture brillante, tant en français qu’en espagnol. Il a publié trois romans : La danse des millions (Ed. Stock, Paris, 2013), paru en espagnol sous le titre de La gema de Cubagua (Madrid, 2011), Fugas (Tusquets, 2014), paru chez Stock sous le titre de En fugue (Stock, 2015), Deja que se muera España  (Ed. Tusquets/Planeta, 2017), publié en mars 2019 sous le titre de Vidalina par les éditions Emmanuelle Collas, et qui est son dernier roman à ce jour.

Vidalina porte le nom d’une femme, prise dans les conflits politiques et historiques qui ont marqué son siècle. Déportée par les autorités coloniales espagnoles vers l’ île des Pins, le bagne de Cuba, pour conspiration contre l’Espagne, elle représente toutes les femmes ayant eu un rôle clé dans l’Histoire, mais que la mémoire des peuples a oubliées. De l’Espagne à Cuba, en passant par Saint-Domingue (actuelle République dominicaine), le Mexique, le Belize, la Californie et la Floride, les personnages de ce roman, qu’ils soient soldats, proscrits, trafiquants, émigrés ou simples citoyens, sont les acteurs de l’histoire troublée des Caraïbes du XIXesiècle à nos jours. Avec ce magnifique roman, l’auteur nous livre un récit plein d’humanité et d’espoir, où se mêlent défis, peurs ou intérêts personnels, dans une histoire d’amour, où le hasard joue à cache-cache avec le destin.

 

Institut d’Études Hispaniques, Bibliothèque Marcel Bataillon 31, rue Gay-Lussac
75005 Paris
Accès : bus 27, 21. RER Luxembourg

Entrée libre dans la limite des places disponibles sur inscription préalable à :

latertuliamarcelbataillon@gmail.com

William Navarrete: « Penser l’île n’est possible qu’en s’en éloignant »

Chargement de la carte…