Mexico, “dans le nombril de la lune”: images et imaginaires

Accueil / Évènement / Mexico, “dans le nombril de la lune”: images et imaginaires

Axe(s) : AV, IBERHIS

29 avril 2020 | Toute la journée

Org. Nancy Berthier, Miguel Rodriguez

Lieu: Institut d’Etudes hispaniques de Sorbonne Université (salle 23)

=> Entrée libre, sur inscription auprès de nancy.berthier@sorbonne-universite. fr

Intervenants

Conférence inaugurale: Serge Gruzinski (EHESS)

Nancy Berthier (CRIMIC-Sorbonne Université), Arnaud Exbalin (Université de Paris-Nanterre), Marion Gautreau (université de Toulouse), Enrique Gonzalez (UNAM), sous réserve, Marie Lecouvey (Université de Paris-Nanterre),
Jérôme Monnet (Université de Paris-Est-Marne-la-Vallée), sous réserve, Anaïs Ornelas (CRIMIC-Sorbonne Université), Romain Robinet ((Université d’Angers), Miguel Rodriguez (CRIMIC-Sorbonne Université)

 

Argumentaire

 

Le nom de « Mexico » renvoie à son étymologie, assemblage de termes nahuatl. Aux origines de la grande ville fondée au XIVe siècle au milieu d’un lac, on retrouve une symbolique de l’engendrement et de la centralité du corps. Détruite et reconstruite sur le même emplacement, chef-lieu de la Nouvelle Espagne à partir de 1524, donnant son nom au XIXe siècle à la République indépendante, Mexico reste le centre, le coeur et la tête du pays. Dans le cadre de la collaboration avec le projet de recherche Caput-Imper (Université Paris-Nanterre  et IHTP, UMR 8244) et de la thématique transversale du CRIMIC pour “Penser la capitalité”,  les axes Arts visuels et Iberhis s’associent dans le cadre d’une journée d’études consacrée à une réflexion sur la ville de Mexico.

Les regards croisés de chercheurs spécialistes en histoire et en arts visuelss’attacheront à interroger, à partir de supports variés, les images et les imaginaires d’une ville polymorphe et tentaculaire, aux contours sans cesse repoussés au cours de son histoire et aujourd’hui incertains, avec une population de plus de vingt millions d’habitants. Comment désigner cette localité lacustre jadis nommée Tenochtitlan? Consacrée en 1548 comme la « muy noble, insigne y leal ciudad de Temistitlan México », admirée par Humboldt comme la « ciudad de los Palacios », chantée par Alfonso Reyes et Carlos Fuentes comme la « región más transparente del aire », identifiée politiquement et dans son administration comme Distrito Federal, l’étendue de sa dimension actuelle résumée récemment par l’abréviation toute officielle de CDMX, traitée affectueusement par ses habitants comme Chilangolandia… Les représentations en sont multiples et témoignent de la manière dont les pulsations des siècles sont présentes dans ce dialogue entre passé et modernité. Toujours au centre, dans son immense hétérogéneité, la mégalopole contemporaine est-elle, comme la lune, reflet des dimensions et de la complexité de la nation dans son ensemble?

Comment, dans cette longue histoire, « México capital » reste fidèle à sa centralité ? Comment grandit-elle toujours et toujours, dans un (dés)ordre urbanistique qui élargit autour de la Plaza Mayor le fonctionnement et les dysfonctionnements de la métropole ? Patrimonialisées comme centro histórico, les implantations préhispaniques se transforment et s’élargissent : depuis les villages ruraux entourant le lac desséché, devenus barrioset colonias, aux Ciudad (es) Satélite(s)et les lotissements sans fin aux noms alléchants. Des millions de chilangosse déplacent, dans le temps comme dans l’espace, des vecindadesaux condominios. Plans et cartes, places et axes de communication, films et photographies mettent en scène ces mouvements et circulations.

Cette journée d’études sur Mexico centrera son propos sur les images qui ont fait sens pour construire un imaginaire du centre, du nombril et du coeur : glyphes des temps anciens, utopies d’une Renaissance (ap)portées par les Européens, exaltation d’une capitale impériale par des objets somptuaires ou des illustrations disséminées dans le monde entier par la production industrielle d’estampes ou par les guides touristiques, représentation par des cartes, des plans ou une imagerie populaire, photographies et décors ou personnages de récits filmiques, etc.

Mexico, “dans le nombril de la lune”: images et imaginaires

Chargement de la carte…